Livraison gratuite pour les commandes supérieures à CHF 109.
 

DU RÊVE À LA RÉALITÉ

LES 50 PREMIÈRES ANNÉES DE BOSE

UNE IDÉE NOUS HABITAIT. ELLE EST AUJOURD’HUI DEVENUE NOTRE IDENTITÉ.

L’histoire de Bose

Bien sûr, on pourrait dire que nos produits audio ont fait notre réputation. Mais quelle est notre vraie passion ? Découvrir des solutions innovantes, de véritables révolutions. Il faut « toujours tendre vers le mieux et imaginer comment y parvenir ». Depuis le premier casque à réduction de bruit pour le grand public jusqu’au système révolutionnaire de suspension des sièges pour les voyageurs long-courrier, venez découvrir les 50 premières années d’innovation Bose.

Visionnez le film Du rêve à la réalité, réalisé par Morgan Neville, réalisateur récompensé par un Academy Award® (meilleur film documentaire en 2014 : 20 Feet from Stardom).
 

DÉBUTS

L’histoire de Bose commence avec un jeune garçon fasciné par l’électronique, qui démonte des objets pour comprendre leur fonctionnement et rêve de devenir inventeur.

Le service de réparation de radios

À l’adolescence, Amar Bose monte un service de réparation de radios dans la maison familiale. « Nous mettions des panneaux dans les petits magasins de matériel auxquels mon père vendait ses produits importés », raconte le Pr. Bose dans une interview. « Nous y avions inscrit le message suivant : 'Nous réparons les radios'. » Les gens laissaient leur radio au magasin, je les rapportais à la maison et je les réparais. Le propriétaire de la boutique bénéficiait de 10 % du montant facturé. J’avais conclu un marché avec mon père : tant que mes notes restaient bonnes, je pouvais aller à l’école seulement quatre jours par semaine. Pour le dernier jour, il me faisait un mot d’excuse, en expliquant que j’avais mal à la tête ou en trouvant d’autres prétextes. Tous les professeurs étaient au courant. Je séchais le vendredi et le lundi, ils me demandaient : « alors, Bose, combien de radios avez-vous réparées ?»

 

« Je me suis découvert une passion pour tout ce qui touchait à l’électricité. Nous n’avions pas assez d’argent pour acheter des trains neufs, alors j’en achetais d’occasion que je réparais. C’est ce qui m’a donné le goût de la réparation. »PR. AMAR G. BOSE

L’ENTREPRISE

Pendant sa période au MIT, le Dr. Bose accumule les brevets, qu’il décide de garder pour fonder sa propre société au lieu de les céder.

« Le Pr. Bose est venu me voir un jour et m’a dit : 'Pourquoi ne viendrais-tu pas travailler pour mon entreprise ?' Je lui ai demandé : 'Quelle entreprise ? De quoi parles-tu ?' Ce à quoi il a répondu : 'C’est vrai que je n’ai pas d’entreprise aujourd’hui, mais je songe à en créer une'. »

SHERWIN GREENBLATT
PREMIER SALARIÉ DE BOSE
PRÉSIDENT DE BOSE DE 1985 À 2001

Les premiers pas

Au moment de la création de l’entreprise, le choix du nom à adopter a fait l’objet de nombreuses discussions. Finalement, dans son style habituel, Y. W. Lee, l’un des mentors du Pr. Bose au MIT, déclara : « Réfléchissons aux caractéristiques que nous souhaitons rassembler dans ce nom. Nous ne voulons pas nous limiter à une technologie ou un secteur donné, car nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait. Le nom doit pouvoir être prononcé dans de nombreuses langues et facile à déposer. Et idéalement, il ne doit comporter qu’une seule syllabe. » Tout le monde se mit à rire, sachant parfaitement quelle était sa suggestion sans même l’avoir prononcée : « Bose ».

Le premier salarié de Bose est l’un des étudiants du Pr. Bose : Sherwin Greenblatt. Il deviendra président de l’entreprise de 1985 à 2001. « Au cours des premières années », déclare M. Greenblatt, « le Pr. Bose passait du temps au MIT à enseigner tandis que nous travaillions sur les contrats publics. La nuit, il nous rejoignait pour ce que nous appelions 'la deuxième journée de travail'. C’est là que nous avons commencé à travailler sur toutes les idées liées au son. » 

Au moment de la création de l’entreprise, le choix du nom à adopter a fait l’objet de nombreuses discussions. Finalement, dans son style habituel, Y. W. Lee, l’un des mentors du Pr. Bose au MIT, déclara : « Réfléchissons aux caractéristiques que nous souhaitons rassembler dans ce nom. Nous ne voulons pas nous limiter à une technologie ou un secteur donné, car nous ne savons pas de quoi l’avenir sera fait. Le nom doit pouvoir être prononcé dans de nombreuses langues et facile à déposer. Et idéalement, il ne doit comporter qu’une seule syllabe. » Tout le monde se mit à rire, sachant parfaitement quelle était sa suggestion sans même l’avoir prononcée : « Bose ».

Psychoacoustique

La psychoacoustique est l’étude de la perception du son. Depuis le tout début, elle a été la base des méthodes de développement des produits audio Bose. Le Dr. Bose a remarqué que les autres enceintes mettaient l’accent sur la façon dont la musique était diffusée, pas sur la façon dont nous l’entendions.

Lors d’un cours au MIT, le Pr. Bose a un jour pris l’exemple suivant : « Vous pouvez très bien placer des ingénieurs dans une salle et leur demander de réduire la distorsion. Ils s’en acquitteront à merveille aussi longtemps que vous le souhaitez. Mais il y a une question toute simple : cela a-t-il quelque chose à voir avec la perception ? La distorsion, bien qu’on puisse la mesurer avec des appareils, n’est pas forcément audible. Et si tel est le cas, à quoi sert une telle entreprise, à part atteindre un objectif technique particulier ? »
 

Le modèle 2201 était la première enceinte Direct/Reflecting que nous avons produite. Elle a été la porte ouverte au légendaire ensemble d’enceintes 901.

Faites l’acquisition d’un casque et d’enceintes pour découvrir pourquoi Bose est un leader de l’innovation depuis plus de 50 ans

CASQUE

> ACHETER

  ENCEINTES

> ACHETER